Image article

27.01.2021

Non classifié(e)

Lumière sur un métier : Formateur Boulanger

Garante d’une profession : l’Hôtellerie Restauration, la Fondation Paul Bocuse vous fait découvrir le métier de Formateur Boulanger par le témoignage du Chef Olivier Aimasso.

Grand passionné, transmettre son métier aux jeunes générations est un rôle qui lui tient à cœur. Il forme chaque jour les élèves du CFA-CFMDA de Livron au métier de Boulanger ainsi que des jeunes collégiens des ateliers de la Fondation. Le Chef Olivier Aimasso nous parle de sa profession.

Comment êtes-vous devenu chef formateur en boulangerie ?
Fils d’artisan boulanger pâtissier, après avoir obtenu mon BAC D (maths/physique/biolo) au Lycée, j’ai commencé ma formation de CAP au CFA-CFMDA de Livron. J’ai obtenu mon CAP pâtissier en un an, puis l’année suivant mon CAP boulanger. Par la suite j’ai poursuivi ma formation par les brevets de maîtrise de pâtisserie et de boulangerie.
Après neuf années passées dans l’entreprise familiale, j’ai souhaité transmettre mon métier dans le centre de formation où j’avais débuté. Cela fait aujourd’hui vingt ans que j’enseigne la boulangerie et la pâtisserie à des apprentis CAP, Mention complémentaire et Brevet Professionnel. C’est exactement l’ouverture que j’attendais, le plaisir d’échanger, de transmettre.

Comment se déroule une journée de travail ?
Une journée de pratique est toujours précédée par des heures de préparation de recettes. Ensuite le jour de la pratique, je vais récupérer les matières premières nécessaires et les apporte au laboratoire pour mon cours. Je démarre mon cours par une démonstration et ensuite les élèves réalisent leur préparation de manière autonome. Je contrôle et corrige au fur et à mesure. Puis j’enchaine ainsi démonstration, surveillance et rectification de leur travail.
En fin de journée, je note chacun des produits réalisés par les élèves en leur indiquant ce qu’ils doivent améliorer, c’est très important, plus que la note elle-même. Ensuite je remplis leur livret d’apprentissage tout en veillant à ce que le nettoyage de l’atelier soit bien réalisé par les apprentis.
Une fois les jeunes partis, je termine le nettoyage et rangement si besoin et saisis les notes des apprentis sur le système informatique. Mais ce n’est qu’une toute partie du travail visible, il y a toutes les préparations de cours de pratique, de technologie, la préparation des contrôles, les corrections, la préparation des examens, les visites en entreprises, les conseils de classes, etc. C’est un travail très complet et il faut quelques années pour en faire le tour.

Comment transmettez-vous votre métier de boulanger ?
Je transmets mon métier dès que je suis en cours avec eux. Lors de la démonstration de la recette, je présente toutes les étapes une à une ainsi que les erreurs à éviter. Ensuite les apprentis réalisent individuellement les recettes, un travail de groupe est parfois possible mais peu masquer les difficultés de certains. Tout au long de leur réalisation je les guide, à la fin je leur explique leurs erreurs, ce qui doit être corrigé, amélioré et retravaillé en entreprise.

Une phrase motivante qui vous correspond ou qui correspond à votre métier ?
Une citation qui pour moi permet d’une part de lever les barrières, les freins, et d’autre part de faire prendre conscience que rien n’est facile, qu’il faut travailler : « Tout est possible, il suffit de s’en donner les moyens ! »

Formations possibles au CFA CFMDA : CAP Boulanger – BP Boulanger spécialisé – Mention Complémentaire Boulanger spécialisé – hors BAC pro boulanger-pâtissier

Vous êtes intéressé.e.s par ce métier ? Contactez-nous.
La Fondation Paul Bocuse vous accompagne dans vos projets d’avenir grâce aux Bourses Fondation.

Chargement...